L'intégration des acteurs pour l'autonomie des personnes âgées

Lot Aide à Domicile expérimente la suppléance à domicile dès Septembre 2019

Mercredi, 7 août, 2019
Sélectionnée par la DGCS, l’entreprise publique départementale expérimentera à compter de septembre 2019 la suppléance à domicile des aidants (Relayage et séjours de répit aidant-aidé). Cette expérimentation durera jusqu’au 31 décembre 2021. L’ensemble des professionnels de la dépendance reconnaissent le rôle central des proches aidants pour garantir le maintien à domicile des personnes en situation de handicap et de dépendance. Toutefois, cet engagement pour le bien-être d’un proche est souvent synonyme de charge psychologique, de contraintes personnelles et professionnelles allant jusqu’à l’épuisement. Malgré la qualité des solutions mises en œuvre par Lot Aide à domicile, les associations et les structures spécialisées, il n’était pas encore possible de proposer de suppléer les proches aidants durant une période continue afin de leur permettre de quitter le domicile et ainsi de limiter les risques d’épuisement.

A compter de septembre 2019, Lot Aide à Domicile pourra assurer la suppléance d’un.e proche aidant.e absent.e de son domicile pour une période de 36 heures à 6 jours. Cette modalité est soumise à trois conditions :
- Le/la proche aidant.e doit effectivement être absent du domicile afin de bénéficier d’un réel répit ;
- Une visite à domicile préalable sera obligatoire pour définir les objectifs de la suppléance et de garantir les conditions de l’hébergement d’un.e intervenant.e ;
- La suppléance ne remplace pas la prise en charge habituelle, le/la relayeur.se assurant les fonctions des proches aidant.e.s, les interventions habituelles (SAAD, SSIAD, IDEL, HAD…) seront conservées.

Par rapport aux expérimentations actuellement en cours, Lot Aide à Domicile présente une spécificité forte en lien avec les engagements de cette entreprise publique. Cette présence continue sera assurée par des professionnel.les formé.e.s qui exercent également leur fonction en CDI à temps plein au sein de la structure. Il s’agit de garantir la sécurité des bénéficiaires en proposant que l’aidant soit supplée par des intervenant.e.s pouvant répondre à toutes les situations mais également de favoriser la qualité de l’emploi pour assurer cette prestation. Dans ce même esprit, les heures de nuit ne seront pas considérées comme des gardes mais bien comme du temps de travail et rémunérées comme tel.

Cliquer ici pour plus d'information